vendredi, août 19, 2022

RDC: L’ODEP qualifie le RAM « d’une innovation à l’escroquerie des congolais » et invite le parlement à interpeller urgemment le ministre Kibassa Maliba

Dans un communiqué de presse publié  ce mardi 4 mai à Kinshasa, l’Observatoire de la dépense publique (ODEP) qualifie le RAM « d’une innovation à l’escroquerie des congolais ». Il en invite ainsi l’assemblée nationale à interpeller « en toute urgence » le ministre de PT-NTIC, Augustin Kibassa, pour qu’il s’explique sur l’opacité qui entoure cette taxe.

Selon cette structure spécialisée dans le contrôle citoyen des finances publiques du pays, c’est malgré l’opposition des opérateurs des télécoms que le ministre Kibassa à imposer cette taxe irrégulière.

« Malgré l’opposition des opérateurs des télécoms regroupés au sein de la Fédération des entreprises du Congo(FEC), le ministre des PTNTIC a tenu à imposer cette taxe irrégulière. Et demandé à ces derniers et à la BCC de transformer les unités issues de l’opération de certification des appareils mobiles en argent. A ces jours, le ministre des PTNTIC peut-il dire aux congolais pour quel service impose-t-il aux abonnés des télécoms de payer 7 dollars ? Pourquoi l’ARPTC peut-elle bénéficier d’une somme colossale pour la rémunération de ses agents, ce au mépris de la souffrance des congolais ? », s’interroge l’ODEP dans son communiqué.

A travers ce communiqué, l’ODEP demande à l’assemblée nationale d’interpeller le ministre de PT-NTIC pour qu’il explique à la représentation nationale sur le pourquoi de cette  « taxe irrégulière » et qu’il explique aussi aux congolais pour quel service impose-t-il aux abonnés des télécoms de payer 7 dollars américains.

Après ces multiples interrogations, l’ODEP demande au parlement d’ordonner « la surséance du projet opaque, dont les recettes sont contrôlés par des réseaux obscurs »

Il sied de rappeler que le projet du Registre des appareils mobiles (RAM) est quasiment contesté par les abonnés des réseaux de la téléphonie mobile. La journée du lundi 03 mai dernier, le mouvement des  Consommateurs  lésés, en synergie avec d’autres structures citoyennes, a organisé une marche de protestation contre cette redevance.

Dostin Eugène Luange

A lire aussi