jeudi, août 18, 2022

Présumé détournement des fonds à la Sokimo : l’IGF invitée à diligenter une enquête

Le collectif « Ça sent le détournement et la corruption » invite l’Inspecteur générale des finances, Jules Alingete à diligenter une enquête d’inspection et d’audit au sein de la Société Minière de Kilo-Moto SA (SOKIMO) afin de s’enquérir de la vraie situation des différentes sommes que cette entreprise aurait reçue de la société Kibali.

Dans une déclaration parvenue à Yabisonews.cd, Charles Lwamba, coordonnateur de cette structure fait savoir qu’il existerait des indices sérieux de détournement des fonds déjà décaissés par les partenaires de cette société minière publique. Il dit ne pas comprendre pourquoi les agents et cadres de cette entreprise sont impayés depuis plusieurs mois, soit 95 mois, alors qu’il y a des payements des « grosses sommes ».

« Le DG Augustin Mpela et la PCA Annie Kitima doivent justifier plus de 214 millions $ avec un bénéfice de 16,7 millions $ en financement de prêts, alors que l’enveloppe globale des salariés affiche 94 mois d’impayés. Ils doivent aussi justifier l’argent reçu en 2009 destiné à la retraite des agents« , lit-on dans la déclaration.

Cette structure se pose une série des questions, notamment  celle de savoir ce que fait la société Sokimo des montants versés par Kibali.

« La Sokimo reconnaît avoir reçu 70 millions de dollars de Kibali alors que les travailleurs sont impayés. Qu’est-ce que SOKIMO a fait de cette bagatelle somme d’argent payée en 2018 ? Qu’est-ce que SOKIMO a fait du gisement de Kibali Sud dont les réserves ont été confirmées sous Louis Watum avant cession par Kibali. Où sont les 2.7 Millions $ USD reçus en mars 2021 de Kibali. Alors que les travailleurs sont impayés ? » s’interroge Charles Lwamba.

Au regard de ces soupçons de « malversation », cette structure citoyenne appelle l’IGF à diligenter une enquête dans cette entreprise pour savoir la vraie vérité sur la destination des sommes qu’elle reçoit de ses partenaires.

Charles Lwamba appelle également le chef de l’Etat et son gouvernement à ouvrir l’œil sur le conseil d’administration et le comité de gestion actuels de cette société qui selon lui « a faillit à sa mission ».

Dostin Eugène Luange

A lire aussi