mercredi, août 10, 2022
Google search engine

RDC: La Cenco fustige l’enrichissement « scandaleux » de certains fonctionnaires publics

Les évêques de la Conférence épiscopale du Congo (CENCO) se sont  réunis à Kinshasa du 14 au 18 juin à l’occasion de leur 58ème assemblée générale ordinaire.

En vertu de leur mission pastorale et prophétique, il ont lancé un appel à la cohésion nationale, « car elle est menacée par plusieurs antivaleurs, notamment l’enrichissement illicite en vogue chez plusieurs hauts fonctionnaires de l’Etat, et qui crée la frustration chez le bas peuple ».

« La majorité de la population continue de faire face à l’extrême pauvreté. Curieusement, à côté d’elle, il y a encore et toujours une poignée de compatriotes qui s’enrichit de façon scandaleuse et sans cause. D’aucuns se demandent si ce n’est pas le fruit de la corruption et du détournement des deniers publics au profit du personnel. Cette situation a aussi un impact négatif sur la cohésion nationale dans la mesure où elle creuse davantage le fossé entre les riches et les pauvres« , lit-on dans le message rendu public ce lundi 21 juin par le SG de la Cenco, l’abbé Donatien Nshole.

Pour mettre fin à ce fléau qui menace l’unité nationale, les prélats catholiques ont formulé plusieurs recommandations. Au président de la République, ils lui demandent de « poursuivre véritablement la lutte contre la corruption et l’impunité. Au parlement, les évêques de la Cenco recommandent « de ne pas abuser des immunités parlementaires pour échapper à la justice ».

Il sied de rappeler que lors du conseil des ministres du vendredi 18 juin, le président de la République a annoncé avoir été informé des conclusions du rapport de l’inspection générale des finances qui accable la mégestion systémique dans les entreprises et établissements publics. Certains gestionnaires s’attribuent des avantages faramineux au détriment du personnel et ont érigé la passation des marchés de gré à gré en mode de gestion.

C’est ainsi que  les ministres sectoriels ont été instruits de prendre des dispositions afin de mettre « hors état de nuire » tous les mandataires publics épinglés dans le rapport de l’IGF.

Sandrine Fundi

A lire aussi