mercredi, août 10, 2022
Google search engine

Coopération: Le Canada annonce  une augmentation de 23% de son aide humanitaire  à la RDC

Au cours d’une conférence de presse ténue le jeudi 8 juillet 2021 au siège du ministère des affaires sociales, l’ambassadeur du Canada en poste à Kinshasa, Nicolas Simard, a annoncé un financement humanitaire de 39 millions de dollars canadiens (plus de 31 millions USD) de son pays en faveur de la RDC, exercice 2021-2022.

A en croire le diplomate canadien, cette aide humanitaire connait une croissance de 23,4% par rapport à l’année dernière.

« Pour cette année, l’aide humanitaire du Canada s’élève à 39 millions de dollars canadiens. Elle est en croissance de 23,4% par rapport à l’année dernière. L’aide humanitaire du Canada en RDC est la quatrième plus importante du Canada à travers le monde. Cette contribution visera à repondre aux besoins des congolaises et congolais, victimes de conflits au pays ou des désastres naturels, des personnes déplacées ou des réfugiées », a-t-il dit.

Par le truchement du ministre des affaires sociales, Modeste Mutinga, le gouvernement a salué le geste posé par le gouvernement canadien. D’après lui, cette aide va atteindre les nécessiteux à travers les organisations humanitaires.

« Nous sommes heureux d’accueillir le Canada qui est parmi les donateurs importants de notre pays, de nous apporter cette aide substantielle et nous en sommes fiers  et touchés. Je remercie monsieur l’ambassadeur au nom du gouvernement et de son exellece, le président de la République, Félix Tshisekedi. (…). Cette importante somme de 39 millions de dollars canadiens est repartie entre les organisations humanitaires du système des Nations-Unies et d’autres organisations humanitaires à travers le monde qui viennent en aide à notre pays », a dit le ministre des affaires sociales.

Il sied de noter que le gouvernement canadien a  promis de continuer de soutenir la République démocratique du Congo dans ses efforts de la stabilisation et de la pacification afin de cheminer vers un développement durable.

Sandrine Fundi

A lire aussi