jeudi, août 18, 2022

Désignation des membres de la Ceni: Jonas Tshombela préconise la mise à l’écart des confessions religieuses « qui font perdre le temps »

Après l’impasse des discussions entre les confessions religieuses sur la désignation du nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), les réactions ne cessent de tomber dans l’arène politique et sociale.

Interviewé vendredi 06 août par la rédaction de Yabisonews.cd, Jonas Tshombela, président de la  nouvelle société civile congolaise (NSCC) fustige le comportement des confessions religieuses, qui d’après lui, occasionnent la perte de temps dans le processus de désignation du  successeur de Corneille Nangaa.

« La désignation des membres de la Ceni reste un sujet crucial. Les confessions religieuses aujourd’hui sont prises dans le piège de la classe politique parce que plusieurs fois, elles ont été piégées. Elles ont fait des va et vient.  Tantôt elles aiment les réformes, tantôt elles veulent la désignation (…). Maintenant elles sont  en train de nous faire perdre le temps »  a-t-il dit.

Il préconise par conséquent la mise à l’écart des confessions religieuses dans le processus de désignation des animateurs de la centrale électorale.

« Il y a de quoi nous interpeller dans les prochaines réformes. Il  faut enlever les confessions religieuses dans le processus de désignation des animateurs de la Ceni », a-t-il préconisé.

Dans la foulée, Jonas Tshombela a invité l’Assemblée nationale à trouver une solution médiane qui arrangerait les deux parties.

A titre de rappel, le 28 juillet dernier les confessions religieuses n’ont pas trouvé de concensus dans la désignation de l’oiseau rare qui va trôner à la centrale électorale.

 Pour la CENCO et l’ECC, certains candidats seraient proches du pouvoir en place, alors que les six autres confessions ont dénoncé de leur côté la mauvaise foi des catholiques et des protestants.

Sandrine Fundi

A lire aussi