samedi, août 13, 2022
Google search engine

Pollution des rivières Tshikapa et Kasaï : Sama Lukonde diligente des missions humanitaires dans les provinces touchées

Le premier ministre Sama Lukonde a présidé une réunion d’urgence le mardi 17 août avec les ministres sectoriels pour évaluer les effets nocifs de la pollution des rivières Tshikapa et Kasaï sur la biodiversité des régions déjà touchées et sur les populations riveraines dans les zones traversées par les deux cours d’eau.

Pour la vice-premier ministre de l’environnement et de développement durable, Eve Bazaiba, qui a livré les conclusions de cette réunion à la presse, des équipes humanitaires du gouvernement seront déployées dans 3 provinces jusque-là touchées.

« Il y a une forte équipe de haut niveau du gouvernement qui va arriver sur le terrain en mission de solidarité, en mission humanitaire, dans toutes ces contrées. Nous avons le Kasaï, le Kwilu et le Maï-Ndombe. Il y a encore une autre démarche vers le pays frère de l’Angola », a-t-elle annoncé.

Et de poursuivre: « Sur le terrain, nous savons que ça sera très difficile. Donner l’alternative à l’eau, n’est pas la porte à côté. Parce qu’il y a toute la population riveraine (…). C’est un danger permanent. Mais le gouvernement va faire un effort pour donner l’alternative à certaines questions ».

D’après Eve Bazaïba, l’analyse des échantillons prélevés montrent clairement que des substances chimiques ont été déversées dans l’eau.

« Des analyses ont été faites. Nous avons les premiers éléments qui montrent clairement qu’il s’agit des substances qui ont contaminé les eaux et qui absorbent l’oxygène dans l’eau. C’est pourquoi, il y a la mort de tout ce qu’il y a. Il n’y a pas de vie dans l’eau », a-t-elle dit.

Selon le gouvernement, 400 cas de diarrhée ont déjà été recensés chez les êtres humains qui ont consommé l’eau polluée. Raison pour laquelle l’urgence s’impose pour que la solution soit trouvée le plus rapidement possible, surtout celle d’approvisionnement en eau, a-t-elle fait entendre.

Christian-Timothée Mampuya

A lire aussi