Exploitation illicite des minerais à l’Est de la RDC: l’ACAJ dénonce la complicité de plusieurs autorités et demande l’ouverture des enquêtes

0
301

Suite aux révélations faites dans un documentaire réalisé par le journaliste Alain Foka de Radio France Internationale sur
l’exploitation illicite des minerais dans l’Est de la RDC, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), dénonce la complicité de plusieurs autorités congolaises et demande l’ouverture des enquêtes pour identifier les auteurs et leurs complices.

“Ce documentaire révèle la complicité active de plusieurs autorités dans cette maffia qui alimente la criminalité et endeuille au quotidien des nombreuses familles congolaises, particulièrement dans l’Est du pays”, peut-on lire dans ce communiqué

Et d’ajouter: “Eu la gravité des révélations pourtant censées être connues des pouvoirs, mais ignorées pour le besoin de l’enrichissement de quelques privilégiés, l’ACAJ demande au gouvernement l’ouverture, avec l’implication de la société civile d’une enquête urgente pour identifier et attraire en justice tous les auteurs et complices de cette maffia tissée sur le sang innocent des millions de congolais (…) afin que des sanctions conséquentes soient administrées à tous ceux qui seraient reconnus coupables”.

Par ailleurs, cette ONG des droits humains demande au gouvernement la fermeture des carrières incriminées et l’expulsion du territoire congolais des citoyens chinois à l’origine de cette exploitation minière illégale.

Dans son documentaire, Alain Fika décrit les scènes vécues par une délégation officielle des autorités congolaises cencées visiter une mine d’or exploitée par des sujets chinois dans la localité Kamituga au Sud-Kivu.

Selon ce journaliste de rfi, une fois cette délégation est arrivée à l’aérodrome de Kamituga, elle n’a pas réussi à atteindre le site minier. Prévenus, les chinois ont mis hors service de manière délibérée le pont conduisant à site minier.

Landry Kamango