samedi, août 13, 2022
Google search engine

Etats généraux de l’ESU: Muhindo Nzangi préconise le basculement vers le LMD suivant le contexte congolais

Les travaux des états généraux de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU) ont débuté ce vendredi 10 septembre 2021 à l’université de Lubumbashi, en présence de plus 300 experts et autorités académiques.

Dans son allocution, le ministre de l’ESU Muhindo Nzangi a mis un accent sur le basculement du système actuel en LMD. Pour lui ça doit se faire dans le contexte congolais.

« (…) tout doit se faire dans la contextualisation en évitant le copier-coller. Comme dispose l’article 18 de la loi cadre du 11 février 2014 sur l’ESU, il est institué le système LMD qui a pour objectif d’harmoniser le cursus de l’enseignement supérieur et faciliter la mobilité des étudiants dans l’échelle mondial. Et dans le cadre des stratégies sectorielles de l’éducation et de la formation de 2015 et 2016, il est attribué au ministère de l’ESU d’opérer 10 réformes dont celle du basculement dans le système LMD. Aujourd’hui, cette réforme passe pour primordiale », a-t-il fait savoir.

L’objectif visé est de mettre fin à la coexistence de deux systèmes de formation en RDC d’ici l’année prochaine .

« Je ne voudrais plus qu’à partir de l’année prochaine, que je continue à signer pour la même université congolaise, les diplômes de licence de 3 ans et les diplômes de licence de 5 ans », a insisté Muhindo Nzangi.

En outre, le ministre de l’ESU a convié  l’assistance de faire preuve d’assiduité. Il a dit qu’il est optimiste que ces assises vont aboutir à des « résolutions raisonnables, audacieuses et pragmatiques, permettant la reconceptualisation, la redynamisation, la requalification et l’innovation des universités et instituts supérieurs », a-t-il expliqué

Il sied de préciser que ces états généraux de l’ESU interviennent 25 ans après. Du 10 au 14 septembre, les experts vont réfléchir sur le redressement du système éducatif congolais au niveau supérieur, hérité de la colonialisation.

Christian-Timothée Mampuya

A lire aussi