Retrait échelonné de la Monusco en RDC: le gouvernement et l’ONU mettent en place un plan de transition

0
365

Au cours d’une réunion présidée par le premier ministre, Sama Lukonde, le mercredi 15 septembre, le gouvernement et une délégation  onusienne, conduite par Bintou Keita, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU, ont signé un plan de transition pour le départ échelonné de la Mission de l’organisation des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) en RDC.

Bintou Keita, cheffe de la Monusco, a fait savoir qu’il s’agit de l’aboutissement d’un long processus entre les Nations-Unies et le gouvernement congolais.

“Nous avons rencontré le premier ministre afin de conclure le travail qui nous a tous occupé depuis l’établissement du groupe de travail conjoint le 5 juillet dernier, pour signer le plan de transition de la Monusco et que ce plan, en le signant, soit formellement transmis au conseil de sécurité des Nations-Unies. Il va être discuté au conseil de sécurité et d’ici quelques temps, nous aurons un retour (…)” a  déclaré Bintou Keita au sortir de la réunion.

Pour la représentante spéciale de António Guterres en RDC, le document signé contient 18 jalons et beaucoup d’indicateurs qui expliquent comment le travail doit être fait. A l’en croire, la mise en œuvre de ce plan va permettre à la Monusco de se retirer de la RDC de façon graduelle, responsable et durable.

Selon le gouvernement congolais, ce plan partira jusqu’en 2024 et contient non seulement les étapes qui devront être franchies, notamment l’élimination des violences à l’Est du pays, mais contient aussi des obligations qui incombent aux deux parties.

Rappelons qu’en juillet dernier, Bintou Keita  a indiqué qu’à l’Est de la RDC, la situation sécuritaire demeure préoccupante. Les civils y demeurent à la merci des attaques de groupes armés. D’où la mise en place de ce plan de transition.

Landry Kamango