Ituri : La Monusco se retire de Mambasa sous la pression de la population

0
328

Le contingent Malawite de la Mission d’organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO), entré en territoire de Mambasa (Ituri), le soir de jeudi 12 mai dernier s’est très vite retiré de la région sous une forte pression de la population.

Alors qu’elles comptaient s’installer sur place pour appuyer les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans la restauration de la paix et la sécurité, les troupes de la MONUSCO n’ont pas pu compter les premières 48 heures à Mambasa. La pression populaire initiée le soir de jeudi s’est amplifiée le matin de ce vendredi 13 mai. Dès les premières heures, plusieurs barricades ont été placées dans les rues et avenues de Mambasa. Avant midi, des policiers et militaires se sont ligués pour disperser les jeunes en colère qui commençaient déjà à s’en prendre aux installations du territoire. L’administrateur du territoire n’a pas tardé de réagir pour tenter de calmer la tension.

« Les troupes de la MONUSCO travaillent avec le gouvernement de la République. Je profite de l’occasion pour lancer un appel au calme et je demande à tous les jeunes de garder le sens de responsabilité soutenue par l’action », a lancé le commissaire supérieur principal Jean-Baptiste.

Pour la MONUSCO, le comportement de la jeunesse de Mambasa est la conséquence d’une manipulation et l’intoxication de celle-ci par des personnes mal intentionnées.

« La MONUSCO dit non à la manipulation et à l’intoxication de la population par certaines personnes mal intentionnées qui utilisent les jeunes et les réseaux sociaux pour propager les rumeurs. Nous sommes en RDC avec un mandat clair que nous a confié le conseil de sécurité », a indiqué le porte-parole de la MONUSCO.

La société civile sur place affirme que les manifestations ont débouché sur le départ de la MONUSCO du territoire de Mambasa. Une information confirmée par le président du parlement des jeunes dans cette région.

C’est la première fois que les troupes de la MONUSCO décident de céder à la pression de la population dans l’une de ces régions en proie aux groupes armés étrangers et locaux. Alors qu’elles ont plusieurs fois été contestées par la population de Beni et Ituri, ces troupes ont toutes les fois été maintenues en République Démocratique du Congo en vertu du mandat leur confié par le conseil de sécurité.

Visesa Louangel, à Butembo