Adolphe Muzito alerte : « Les problèmes de salubrité, logement et santé publique à Kinshasa vont s’aggraver d’ici 2025 » (Tribune)

Dans sa 6ème tribune intitulée « Kinshasa : L’enfer au paradis » publié le mardi 25 octobre, Adolphe Muzito alerte sur les conséquences que court la capitale congolaise.

« On imagine bien que les problèmes qui se posent déjà à la ville du point de vue de la salubrité, des logements, de la santé publique, vont s’aggraver d’ici 2025 », peut-on lire dans ladite tribune parcourue par Yabisonews.cd.

Pour cet ancien Premier ministre, « le problème de logements à Kinshasa, pour aujourd’hui et pour davantage demain, se pose en terme de leur qualité, de leur offre et de leur concentration, par rapport à une demande très forte ».

Il est d’avis qu’ « il n’existe pas en RDC aussi bien à Kinshasa, une politique de logements, moins encore, celui de crédits-logements. Cette situation n’a que trop duré ». Pour lui, « Kinshasa a des problèmes particuliers de voirie et de salubrité, mais ne dispose d’aucune structure d’assainissement digne de son nom ».

« Les municipalités à forte densité sont généralement baignées par des rivières qui drainent des immondices. La plupart de ces zones municipales sont sans égouts ni caniveaux d’évacuation des divers déchets et excréments, dans le contexte d’une ville qui n’a aucun centre de traitement des eaux usées », a-t-il constaté.

Et d’ajouter : « Les parcelles de Kinshasa dans de quartiers populaires, logent jusqu’à 10 familles de plus de 8 membres, habitant des étroites maisons souvent sans lieux d’aisance. Les rares salles de toilettes dont disposent ces habitations sont généralement dépourvues d’eau et de système d’évacuation ».

Adolphe Muzito pense qu’avec la forte densité qui s’annonce, il ne serait pas exagéré de dire que d’ici 2025, toutes choses restant égales par ailleurs, beaucoup de nos compatriotes à Kinshasa passeront des nuits dehors.

  • Ramami