Affaire Vidiye Tshimanga : L’ACAJ demande au procureur général de ne limiter la liberté provisoire que dans les faits de corruption

Réagissant à travers un twitte posté ce mercredi 28 septembre, à la liberté provisoire accordée à Vidiye Tshimanga, l’association congolaise pour l’accès à la justice demande au procureur général et premier président de la cour de cassation de prendre des circulaires limitant la liberté provisoire dans les faits de corruption.

Aussi ajoute-t-elle, dans le détournement de derniers publics et blanchissement de capitaux. Ces circulaires d’après l’ACAJ,  permettront de ne plus choquer l’opinion publique sur les faits de détournement reprochés aux détenteurs du pouvoir public.

«Liberté provisoire en République Démocratique du Congo tout en reconnaissant la pertinence de l’article 17 de la constitution, l’ACAJ demande au procureur général premier président de la cour de cassation de prendre des circulaires limitant la liberté provisoire dans les faits de corruption» a-t-elle écrit.

L’ACAJ estime que le droit d’appréciation souveraine reconnu au magistrat instructeur ne doit pas devenir un moyen par lequel se réalise une autre corruption.

Il faut dire qu’après la libération provisoire accordée à l’ancien conseiller spécial du chef de l’état en charge de questions stratégiques, son avocat avait expliqué que les faits retenus en charge de son client, ont été commis à l’étranger.

«Ce sont les faits commis à l’étranger, notre loi ne permet pas au ministère public d’engager des poursuites», avait-il souligné.

Chris kalu