COP 26: le ROSCEVAC soutient la 2ème phase du partenariat entre la RDC et CAFI

Alors que le gouvernement congolais et l’initiative pour les forêts d’Afrique Centrale (CAFI) s’apprêtent à conclure la 2éme phase de leur partenariat à l’occasion de la COP 26 qui ouvre ses portes ce dimanche 31 octobre à Glasgow en Ecosse, le réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) apporte son soutien à cette nouvelle phase, encourageant les parties à conclure un accord  pour le bien des communautés locales, les forêts et la biodiversité.

Dans une déclaration parvenue à Yabisonews.cd le samedi 30 octobre, les 9 organisations de ce réseau promettent de s’impliquer pour que les deux parties honorent leurs engagements pendant cette 2ème phase.

“Allons résolument nous impliquer dans la réussite de ce nouveau partenariat, en restant dans notre rôle de plaidoyer pour améliorer la conception et la mise en œuvre des réformes ciblées par ce nouveau partenariat ainsi que dans le contrôle citoyen de l’ensemble du dispositif, pour nous assurer de la conformité des actions entreprises aux engagements des uns et des autres”, lit-on dans la déclaration.

Les 9 organisations exhortent en outre au gouvernement congolais et à CAFI d’honorer leurs engagements respectifs pour permettre la conservation des forêts et la protection de la biodiversité.

“Appelons dès lors les deux parties au strict respect des engagements pris, en raison de l’impact positif considérable que leur mise en oeuvre pourrait avoir dans le sens de consolider les acquis déjà obtenus lors du premier partenariat (2016-2020), accroître la contribution de la RDC à la lutte globale contre les changements climatiques, améliorer la gouvernance inclusive et multipartite de différents secteurs à incidence sur les forêts et la biodiversité congolaises, renforcer les différents systèmes nationaux pour répondre aux défis de la lutte contre la pauvreté et du développement national, amoindrir la part de l’arbitraire et les risques de corruption”, conclut le communiqué.

Notons que CAFI avait déjà donné son accord de principe, sur demande du gouvernement congolais, de revoir son enveloppe à 1 milliard de dollars sur la période de 2021 à 2030, alors qu’elle était de 200 millions de dollars entre 2016 et 2020, gérée par le fonds national REDD (FONAREDD).

Les organisations membres de ce réseau sont: le Conseil pour la défense environnementale par la légalité et la traçabilité (CODELT), Organisation congolaise des écologistes et amis de la nature (OCEAN), CONGO WATCH, Association des magistrats pour la protection de l’environnement (ASMAPE), Dynamique des groupes des peuples autochtones (DGPA), Action pour la justice environnementale et le développement durable (AJEDD), PREMICONGO, Groupe d’action pour sauver l’homme et son environnement (GASHE) et le Centre pour le traitement de l’information environnementale (CTIE).

Sandrine Fundi