Débat général sur le projet de budget 2023 : Henriette Wamu veut savoir la hauteur du taux d’accroissement des ressources affectées à l’armée

La députée nationale Henriette Wamu a voulu savoir la hauteur du taux d’accroissement des ressources affectées par le Gouvernement à l’armée. Préoccupation soulevée le vendredi 28 octobre lors du débat général sur le projet de budget 2023.

“Compte tenu de cette augmentation substantielle du Budget, consécutive à la hausse du niveau général des recettes, le Gouvernement peut-il me dire à quel niveau il situe le taux d’accroissement des ressources affectées à l’armée et plus précisément à l’entretien et rémunération des unités des FARDC engagées aux différents fronts de combats dans notre pays (…)”, a dit l’élue de la Funa à la tribune de l’Assemblée nationale.

La question de la hauteur du taux d’accroissement des ressources affectées à l’armée soulevée par Henriette Wamu Ataminia, a-t-elle expliqué, fait suite à la révision à la hausse du budget de la RDC. “Il nous revient que le budget général de notre pays connait un taux d’accroissement de 37,1% par rapport à celui adopté pour l’exercice 2022”, a affirmé la députée.

Henriette Wamu est d’avis que “cette préoccupation tourmente toute la population congolaise parce qu’elle pose la question existentielle de notre pays comme Nation”.

Sur le registre médical, Henriette Wamu a relevé “le niveau de délabrement avancé de nos infrastructures médico-sanitaires ainsi que la très faible couverture vaccinale qui caractérise notre pays”. Ce en dépit la couverture de santé universelle “qui vise l’amélioration de la prise en charge médicale du citoyen congolais”.

En sa qualité de Présidente du Réseau Parlementaire Congolais en appui à la Vaccination (REPACAV), Henriette Wamu voudrait que le Premier puisse lui dire quelles sont les mesures envisagées par le Gouvernement pour résoudre les problèmes qu’elle a évoqués.

Au-delà des préoccupations exposées pendant ce débat parlementaire, Henriette Wamu a demandé à la Représentation nationale de déclarer recevable ce projet de Budget et de l’envoyer à l’ECOFIN pour amélioration.

Ramami