Désignation membres de la Ceni: Christophe Mboso et André Mbata traduits en justice pour usage de faux

Christophe Mboso et André Mbata, respectivement président de l’Assemblée nationale et président de la commission paritaire sur la désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), ont été traduits en justice par le député national Willy Bolio pour usage de faux.

Dans sa plainte adressée au procureur général près la cour de cassation le jeudi 28 octobre, l’élu de Bolobo déclare que les deux accusés ont mis son nom dans les procès-verbaux des réunions de la commission paritaire alors qu’il n’y a jamais pris part.

“Avec intention frauduleuse et celle de nuire à ma personne, en vue de couvrir l’irrégularité en rapport à la participation des députés de l’opposition, et rendre par conséquent ladite commission paritaire crédible et légale, l’honorable Mboso a mis mon nom sur la liste comme membre de la commission sans l’avis de mon groupe parlementaire, insinuant ainsi que le mandat du député est non impératif, que dans ce contexte, mon propre avis serait acquis, ce qui n’est pas le cas en l’espèce”, lit-on dans la plainte.

Et d’ajouter: “Dans les mêmes circonstances de temps et de lieu, ils ont mis mon nom sur, non seulement la liste des membres de leur commission dite paritaire, mais aussi sur les procès-verbaux de leurs activités, alors que je n’ai pas été ni informé, ni invité à participer aux activités de la commission dont ils prétendent que je serais membre”.

Pour cet élu, Christophe Mboso et André Mbata ont “trompé la vigilance” de la plénière pour entériner les résultats des travaux de la commission paritaire et également le président de la République en lui faisant signer une ordonnance sur base des travaux dont les procès-verbaux sont frauduleux.

Pour rappel, la commission paritaire mise en place par le bureau de l’Assemblée nationale pour étudier les dossiers des candidats à la Ceni avait été boycottée par le FCC, Lamuka et Ensemble pour la République. Tous exigeaient un consensus sur les réformes électorales avant d’y prendre part.

BL