Désordre à la présidence de la République: Gylain Nyembo rappelle à l’ordre les collaborateurs du chef de l’Etat

485

Dans une note circulaire signée le jeudi 12 août 2021, le directeur de cabinet du président de la République, Guylain Nyembo, déplore le comportement dans le chef de plusieurs autres collaborateurs de Félix Tshisekedi qui ne cessent de briller par des actes qui outrepassent leurs prérogatives.

« Il s’observe que, de plus en plus, de membres du cabinet du président de la République  brillent par la commission d’actes qui dénotent une usurpation du pouvoir exclusif de représentation du cabinet, pouvoir légalement dévolu au seul directeur de cabinet du président de la République, vis-à-vis des autres institutions de la République et des tiers », déplore Guylain Nyembo.

D’après Guylain Nyembo, certains collaborateurs du président de la République s’arrogent le pouvoir de convier des autorités politiques et des tiers à des séances de travail pour le compte de la présidence sans au préalable obtenir l’autorisation du directeur de cabinet. D’autres vont même jusqu’à signer des mandats spéciaux.

Pour le chef de cabinet du président de la République, ces actes relèvent d’un dysfonctionnement au sein de la plus haute institution du pays.

« Cette situation est de nature non seulement à violer l’ordonnance portant organisation et fonctionnement du cabinet du président de la République, mais aussi et surtout à entraîner une confusion et par ricochet un dysfonctionnement au sein de la plus haute administration du pays », tance le dircab.

Par conséquent Gylain Nyembo rappelle que seul le directeur de cabinet est habilité à engager la présidence de la République vis-à-vis des autres institutions ou des tiers, sauf en cas de délégation expresse des pouvoirs.

Il sied de rappeler que lors du procès dit de « 100 jours », l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Vital Kamerhe, avait déclaré que plusieurs conseillers à la présidence se considèrent comme étant des « électrons libres ». L’ancien premier ministre Ilunkamba se serait même plaint à ce sujet.

Roger Mutambayi