Economie: S. Kikuni s’insurge contre la nouvelle structure unique des prix des biens de première nécessité proposée par le ministre de l’économie

324

Après l’annonce de la baisse envigée des prix des biens de première nécessité par le gouvernement congolais, l’ancien candidat à la présidentielle de 2018 et opérateur économique congolais, Seth Kikuni, est monté au créneau pour fustiger la démarche du ministère de l’économie.

Dans une interview accordée à Yabisonews.cd, Seth Kikuni qualifie d’irresponsable la décision du gouvernement. Pour lui, le pouvoir public ne fait qu’imposer des mesures qui ne tiennent pas compte des difficultés auxquelles font face les opérateurs économiques depuis le début de la crise due au Covid-19.

« Il s’agit d’une décision irresponsable de la part du gouvernement parce que depuis mars 2020, nous sommes dans une phase de crise économique et financière qui a touché plusieurs entreprises dans l’indifférence totale. Beaucoup ont fermé et plusieurs autres entreprises ont perdu jusqu’à 45% voire 50% de leurs chiffres d’affaires. Le gouvernement vient imposer sa structure unique je pense que c’est irresponsable parce que jusque-là, le gouvernement n’est fait qu’imposer (…). En ce moment, le commerçant, l’homme d’affaires doit être traité de la même manière qu’on traite le personnel soignant dans des hôpitaux. Nous faisons beaucoup de sacrifices pour maintenir cette economie » a expliqué Seth Kikuni.

Homme politique et opérateur économique, Seth Kikuni a salué en outre la réaction de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) qui  dénonce dans sa lettre du 25 juin dernier le caractère interventionniste de la décision du gouvernement.

« La FEC, les hommes d’affaires, les entrepreneurs ne sont pas là pour résoudre le problème social de la population, ils sont aussi là pour faire du profit en prenant des risques, en hypothéquant leurs biens privés (…). Depuis l’arrivée au pouvoir du président Felix, Est-ce qu’il a déjà réuni les hommes d’affaires congolais pour créer un cadre de dialogue avec eux afin de connaître leurs difficultés. Nous traversons une période de crise financière sérieuse (…), le ministre de l’économie nationale doit repenser sa décision en concertation avec la FEC. Sinon, nous allons assister à une situation beaucoup plus difficile que celle dans laquelle nous nous retrouvons maintenant » a-t-il martelé.

Rappelons qu’au cours du conseil des ministres du 24 juin dernier, le ministre de l’économie nationale a présenté les résultats de ses concertations avec les opérateurs économiques importateurs des produits à forte consommation à Kinshasa. Ces résultats ont ouvert la voie au ministre de l’économie nationale afin de proposer des nouveaux prix pour ces  aliments surgelés.

Sandrine Fundi