Goma – Massacre des civils: La société civile «insatisfaite» de la condamnation de « seulement 4 officiers militaires »

La société civile de Goma n’est pas du tout satisfaite de la condamnation, lundi 02 octobre 2023, de 4 officiers militaires impliqués dans la tuerie des civils au cours de la répression des manifestations contre la MONUSCO.

Dans une sortie médiatique ce mardi 03 octobre 2023, le président de la structure citoyenne à Goma note qu’il est anormal que ceux qui auraient planifié la répression de cette manifestion soient exemptés par le tribunal.

« Dans cette opération (Tuerie des civils, Ndlr), il y avait par exemple les agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR) qui ont planifié l’opération, les agents de la 34ième région qui ont été dans la planification… Il y avait tout le monde-là, la mairie, et par-dessus tout, il y avait le commandant des opérations en province, qui est le gouverneur Constant Ndima », fait remarquer Mario Ngavo.

Toutefois, la société civile plaide pour le relâchement des personnes interpellées lors de cette manifestation Anti-Monusco. En effet, leur interpellation date du 30 août dernier. Ce jour, plus de 50 personnes avaient perdu la vie au cours des manifestations.

C’est finalement le lundi 18 septembre que les familles des victimes ont pu enterrer leurs morts, près de trois semaines après les manifestations. D’ailleurs, les corps des victimes se sont décomposés dans l’hôpital militaire de Goma pendant vingt jours, alors que les familles ont été interdites de visite jusqu’au 12 septembre.

Visesa Louangel