Guerre dans l’Est de la RDC : L’UDPS Jacquemain Shabani alerte l’opinion sur un «complot international » dont fait l’objet le pays

Le cadre de l’ Union pour la Démocratie et Progrès Social (UDPS), Jacquemain Shabani a alerté l’opinion sur un complot international dont fait l’objet la RD-Congo dans sa partie Est. C’était lors de la marche pacifique et de solidarité, initiée par la Conférence épiscopale nationale du Congo( CENCO), ce dimanche 04 décembre 2022 sur toute l’étendue du territoire national.

Pour ce cadre du parti au pouvoir, qui a pris part à cette marche pacifique, depuis la commune de Ngaliema à Kinshasa, l’agression Rwandaise est un complot international contre la RD-Congo.

« Je suis un citoyen congolais et chrétien catholique. L’appel de l’Eglise catholique avait tout son sens. Comme le sait tout le monde, le pays fait l’objet d’un complot international avec cette agression de supplétifs du Rwanda aux terroristes M23 », a-t-il affirmé.

À son entendement, cette marche est un message fort pour sensibiliser l’opinion internationale sur les atrocités commises dans l’Est de la RD-Congo par le Rwanda sous l’étiquette des rebelles du Mouvement du 23 Mars(M23).

« Il est important que nous puissions nous mobiliser, sensibiliser non seulement l’opinion nationale congolaise mais aussi envoyer un message fort à toutes les opinions Internationales sur ce qui se passe au Congo et la nécessité de la paix et de sécurité de la nation congolaise. C’est dans ce cadre que nous nous retrouvons ici avec nos frères et sœurs congolaise pour parler du Congo », a renchéri le président de la Commission Électorale Permanente de l’UDPS.

Les évêques catholiques avaient, lors de leur récente assemblée plénière, invité la population Congolaise à marcher ce dimanche 04 décembre, pour dire non à la balkanisation de la RDC, le retour de la paix dans le pays, la préservation de l’intégrité territoriale et la dénonciation de l’agression rwandaise sous couvert du M23.

Malgré les recommandations du mini sommet de Luanda, les rebelles du M23 continuent à commettre des meurtres contre la population. La dernière en date est celle de jeudi 29 novembre où une centaine des personnes ont été massacrées par ce même groupe des rebelles à Kishishe dans le Nord-Kivu.

Christian-Timothée Mampuya