Hydrocarbures : Didier Budimbu  constate la vétusté des infrastructures de SOCIR et promet de s’atteler à leur modernisation 

323

Continuant son séjour de travail dans la ville de Moanda au Kongo Central, le ministre des hydrocarbures, Didier Budimbu, a visité le 17  août 2021 les installations de la société congolaise des industries de raffinerie (SOCIR).

D’après le service de communication du ministère des hydrocarbures, Didier Budimbu a fait un constat patent selon lequel « la modernisation de la raffinerie s’impose avec acuité afin que cette entreprise créée en 1963 puisse jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu dans la chaîne de traitement de la production pétrolière ».

Répondant à la question de la presse pour savoir si la modernisation de SOCIR est à l’ordre du jour, le ministre Budimbu a répondu sans atermoiement que la RDC doit d’abord accroître sa production.

« Si on veut raffiner aujourd’hui, allons-nous raffiner quel produit ?  Perenco ne produit que 24.000 barrils par jour. Il nous faut donc forer. Raison pour laquelle nous nous battons pour avoir des investisseurs pour que nous puissions forer des nouveaux blocs que nous possédons. Ce n’est qu’à ce moment là que nous pourrions penser à la raffinerie. Nous y travaillons pour que ça puisse être fait avant le mois de décembre », a-t-il déclaré.

C’est ainsi que le ministre des hydrocarbures a signifié que le gouvernement s’apprête à lancer un appel d’offres pour 16 blocs pétroliers dans la cuvette centrale et le bassin du Rift à l’Est du pays. La SOCIR aura donc du blé à moudre dès que la production de ces blocs pétroliers sera effective, à en croire le ministre.

Concernant ces blocs pétroliers, il sied de noter que certains investisseurs, notamment la société nigériane Oando et son partenaire ENI, ont déjà manifesté l’intérêt de souscrire aux appels d’offres dès qu’ils seront lancés. Les responsables de Oando ont exprimé ce souhait le 12 août dernier lors d’un entretien avec le directeur de cabinet du ministre Didier Budimbu.

BL