Interpellation à l’Environnement : “C’est moi-même qui ai enquêté au sujet de faux en écriture” (Eve Bazaïba)

Quelques membres du cabinet de la vice-premier ministre, ministre de l’Environnement sont interpellés par la justice pour ” usage de faux en écriture”.

Pour Eve Bazaïba, il ne s’agit pas d’une démarche de l’Inspection générale des finances (IGF), mais de sa propre initiative.

“C’est moi-même qui ai enquêté au sujet de faux en écriture ! J’ai personnellement appelé le Procureur général et pour raison d’enquêtes, j’ai mis à sa disposition des gestionnaires des dossiers au cabinet et à l’administration. Ne déformer pas l’information !”, s’est exclamée la VPM Eve Bazaïba.

Pour le même sujet, un communiqué rendu public ce vendredi 10 décembre et signé par le conseiller en communication au ministère de l’Environnement explique les faits.

“…la ministre de l’Environnement et Développement Durable porte à la connaissance du public qu’un groupe d’individus non encore identifié, dans l’intention de saper l’image de la Vice-Primature, se livre à confectionner des faux contrats de concessions forestières en imitant sa signature et le sceau du cabinet”, précise le communiqué.

Le communiqué du ministère de l’Environnement reconnaît que l’affaire est déjà au niveau de la justice. Voilà pourquoi le cabinet d’Eve Bazaïba tient à ce que la lumière soit faite sur le dossier lié à la concession forestière et perles d’exportation des grumes ou nous.

“Vu la gravité des faits et étant donné que ce comportement vise à porter atteinte en sa personne et en son honneur, il est demandé à toute personne qui détiendrait un contrat de concession forestière et permis d’exportation des grumes ou bois d’oeuvre portant la signature de son Excellence madame le Vice-Premier Ministre de se présenter en toute urgence en son cabinet de travail pour permettre à la justice d’identifier ce réseau des criminels et tirer toutes les conséquences qui s’imposent”, explique Michel Koyakpa, le conseiller en communication d’Eve Bazaïba.

Ramami