Kasaï-oriental: Les chefs coutumiers abolissent les amandes infligées aux femmes mariées violées lors des conflits

Au total 165 autorités traditionnelles du Kasaï-Oriental ont signé ce lundi 24 octobre 2022, l’acte d’engagement en faveur des femmes mariées survivantes des violences sexuelles et l’abolition des coutumes « avilissantes » infligées aux femmes et filles.

C’était au cours d’une activité organisée par l’ONG Femme main dans la main pour le développement intégral FMMDI en partenariat avec le Haut commissariat de Nations-Unies pour les Réfugiés UNHCR.

Cet acte d’engagement résulte des consultations et plaidoyers menés par l’ONG FMMDI en date du 21 octobre 2022 auprès des autorités traditionnelles et leaders communautaires pour la réunification des couples séparés suite aux violences lors de conflits des évènements de triste mémoire de Kamuina Nsapu.

« Nous sommes profondément préoccupés par le traitement inhumain et dégradant infligé aux femmes mariées, victimes de viol ainsi que par des conséquences qu’entraîne la dislocation des familles à cause de la mauvaise interprétation de nos coutumes traditionnelles et leur application erronée « , peut-on lire dans ce document signé par les autorités traditionnelles.

Ces chefs coutumiers prennent la résolution de réduire l’impact négatif des violences sexuelles attribuées à certaines pratiques coutumières sur les survivantes du viol ,considérer que le viol commis sur les femmes mariées ne constitue pas l’adultère selon le code pénal congolais livre 2, faute de consentement des victimes, persuader le mari de la survivante du viol d’être solidaire et d’accepter un geste de réconciliation(…).


De son côté, Nathalie KAMBALA LUSE Directrice-pays de l’ONG FMMDI a remercié de vive voix les autorités traditionnelles pour cette résolution qui pour elle , est un couronnement des efforts consentis par les parties prenantes dans la restauration de la dignité de la femme et de la jeune fille du Kasaï-Oriental.

Signalons qu’un comité de suivi composé d’un représentant de la société civile,un représentant de la division du genre , famille et enfants,un représentant du chef de la division des affaires coutumières … devra être mis en place pour soutenir la mise en œuvre du présent acte.

 

Fabrice Kabamba