Kinshasa: PRODDIJE Asbl sensibilise les jeunes sur la gestion de la crise sanitaire et ses conséquences socio-économiques

313

L’Asbl promotion pour la défense des droits et intérêts des jeunes (PRODDIJE Asbl) a organisé ce samedi 28 août 2021, un séminaire sur l’engagement citoyen en période de crise, axé sur « la gestion de la crise sanitaire et ses conséquences socio-économiques » à l’intention des jeunes issus de différentes structures.

Exposant sur cette thématique, l’avocat d’affaires Simon  Nyaku a invité l’Etat congolais à planifier l’économie nationale qui est quasi-extravertie. Il a brandi les risques que court le pays au cas où il parvenait à avoir des ennuis avec les pays exportateurs.

« L’Etat devrait d’abord bien planifier notre économie, parceque nous vivons dans une économie qui a des problèmes structurels et conjoncturels par manque de planification. Nous ne savons pas où se trouve nos priorités, où est ce qu’il y a le plus de demandes et plus de besoins. Que devrons- nous faire si nos partenaires économiques n’interviennent pas comme nous a n’avions l’habitude? », s’est-il interrogé.

Et de poursuivre ‘’l’Etat devrait encadrer les opérateurs économiques. Nous sommes dans une situation difficile qui met les opérateurs économiques dans une situation très compliquée. L’Etat par contre ne leur vient pas en aide ».

Dans la foulée, il a déploré la libéralisation de la quasi-totalité des secteurs stratégiques par l’Etat qui devraient être réservés aux congolais.

« Nous déplorons le fait qu’au Congo nous avons libéralisé presque tous les secteurs. Mais dans la majorité de domaines qu’on essaie de libéraliser, les entrepreneurs congolais ne sont pas compétitifs. On a libéralisé le secteur bancaire,  nous n’avons presque aucune banque congolaise. On a libéralisé le secteur des assurances, nous n’avons aucune société d’assurance congolaise. Bref on libéralise mais après il n’y a pas une concurrence de nos entrepreneurs qui s’en suit », a-t-il ajouté.

De ce fait, il a demandé à l’état congolais de protéger certains secteurs qu’il estime clés notamment le domaine de l’agriculture et protéger l’exercice du petit commerce.

Pour sa part, Candide Kandunkulu, vice présidente de PRODDIJE Asbl a annoncé le dépôt de plaidoyer formulé par sa structure auprès des autorités compétentes dans les prochains jours.

Il convient de noter que l’organisation de cet atelier a bénéficié de l’appui de Osisa et s’inscrit dans le cadre de l’exécution du projet d’engagement citoyen en période de crise, plus particulièrement en cette période de crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19.

Dostin Eugène Luange