Nord-Kivu: la Lucha demande aux autorités de mettre fin à l’état de siège

518

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) demande aux autorités de mettre fin à l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri.

Dans un communiqué destiné à la presse ce jeudi 12 août 2021, ce mouvement citoyen  peint un tableau sombre du bilan de l’état de siège 3 mois après son instauration.

« Depuis l’instauration de l’état de siège le 06 mai 2021, au moins 533 personnes ont été tuées dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, soit une moyenne de 6 civils tués par jour. Les FARDC, toujours rongées par ce que nous dénonçons chaque jour: l’affairisme de certains de ses membres ainsi que le manque de soutien logistique et financier conséquent de la part du gouvernement, n’ont fait qu’assister impuissamment aux tueries des civils et les voir s’étendre aux zones géographiques qui étaient jadis calmes », note la Lucha.

Pour ce mouvement citoyen, depuis l’instauration de l’état de siège dans cette partie du pays, il s’observe une hausse inquiétante de violations des droits de l’homme. « Les membres des services de sécurité se croient désormais tout permis », s’indigne ce mouvement.

Autre grief qui milite pour la levée de l’état de siège, selon la Lucha, la mauvaise gouvernance de l’administration militaire.

« Sur le plan de la gouvernance locale, l’état de siège a complètement normalisé le dysfonctionnement de l’Etat, paralysé l’administration et bloqué les initiatives de développement local en ordonnant le remplacement des dirigeants civils pas des militaires qui ne sont pas ni formés ni destinés à administrer les entités territoriales », déclare la Lucha

Tous ces griefs réunis,  la Lucha appelle ainsi les autorités congolaises à lever l’état de siège afin de faire ce qui aurait selon eux dû être fait il y a 3 mois, notamment une évaluation transparente avec des populations affectées pour identifier les vrais remèdes aux tueries.

Dès la semaine prochaine, la Lucha annonce une série de manifestations pacifiques sur l’ensemble du pays pour exiger « une réponse étatique appropriée » pour mettre fin à l’insécurité à l’Est de la RDC.

Dostin Eugène Luange