Nord-Kivu : La Société civile annonce la reprise des actions de grande envergure contre la Monusco à partir du 26 septembre

74

La société civile du Nord-Kivu a annoncé, ce mardi 20 septembre, la reprise des actions de « grande envergure » anti-Monusco à partir du 26 septembre.

Le président de la Société civile de cette province sous État de siège a déclaré que ces manifestations visent à exiger le départ de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo (Monusco), mais aussi à Kinshasa de libérer la cité de Bunagana, sous l’emprise des rebelles du M23.

« C’est une manière pour nous de contraindre le Gouvernement de répondre à nos désidératas qui sont la paix et l’insécurité en récupérant la cité de Bunagana et les autres villages sous l’emprise du M23« , a fait savoir le responsable de la Société civile du Nord-Kivu.

« Comme citoyens, nous avons toujours payé nos taxes, impôts et redevances pour que l’État fasse correctement son travail. Et parmi ses missions régaliennes figurent celle de protéger les populations et leurs biens. Quand nos compatriotes sont en train de vivre dans les camps des déplacés sans aucune assistance, nous disons que c’est trop« , a-t-il ajouté.

Pour la Société civile du Nord-Kivu, « si rien n’est fait, nous allons appeler la population du Nord-Kivu à la désobéissance civile. Nous allons mêmes demander à nos compatriotes de ne plus payer l’impôt ».

Fin juillet 2022, des manifestants en colère avaient saccagé et pillé des installations de la Monusco présente dans le pays depuis 1999 et accusée d’inefficacité dans sa lutte contre les groupes armés.

Au total 32 civils et quatre Casques bleus ont été tués en une semaine de manifestations dans au moins quatre villes de l’est, selon un bilan officiel.

Ramami