Nord-Kivu: Le meurtre d’un militaire FARDC par des inconnus armés paralyse les activités scolaires ce lundi au nord de Butembo

Le meurtre d’un militaire FARDC par des inconnus armé a paralysé les activités scolaires ce lundi 21 novembre au nord de Butembo dans le Nord-Kivu.

La nuit était agitée pour les militaires installés dans les camps de l’armée loyaliste situés respectivement à Mihake en commune de Bulengera et à Majengo en commune de Vulamba. Des porteurs d’armes ont ciblé ces postions et coups de feu s’en sont suivis.

Déjà la matinée de ce lundi, les conséquences ont été visibles. La tête de l’homme et sa tenue militaire étaient suspendues sur des stiques de bois en forme de croix, au niveau du pont Syno-Hyrdo près du centre d’accueil Eden River. Le matin, les activités socio-économiques qui venaient d’être lancées ont vite été suspendus par des jeunes du côté Nord de la ville.

A Mihake, Majengo et Furu, les coups des balles se sont fait entendre jusque plus tard à 9 heures. Conséquence, les cours ont été suspendus dans la vallée de Kavaghendi. Les élèves de cette vallée ont alors imposé cette même situation aux apprenants du collège Kambali qui ont très vite vidé leurs salles de classe.

Joint au téléphone par yabisonews.cd, l’avant midi de ce lundi 21 novembre 2022, le capitaine Antony Mualushayi, porte-parole du secteur opérationnel Sokola I, promet de communiquer dans les heures qui suivent.

Butembo a connu plusieurs autres situations de ce genre depuis quelques semaines. Cette situation tient, selon plusieurs acteurs des droits humains et de la société civile, à l’installation des camps militaires en plein centre-ville de Butembo. Ces militaires, à en croire l’armée, sont placés dans les différentes positions pour prévenir des quelconques attaques des rebelles qui, depuis quelques temps, visent la ville de Butembo.

Visesa Louangel