Pénurie du carburant à Kinshasa : L’ACCO accuse les pompiers des stations-services de monnayer leur service

Accusée d’encourager les transporteurs des taxis et taxis-bus de Kinshasa à revoir à la hausse la course de transport en commun, l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO) est monté au créneau.

A travers un communiqué, le président de l’ACCO a dénoncé le comportement des pompiers de certaines stations-services à Kinshasa. « Les conducteurs des véhicules sont obligés de donner jusqu’à 10 mille francs congolais pour s’approvisionner », a déploré André Lisimbu, président de l’ACCO.

Réagissant à la pénurie actuelle du carburant dans la capitale congolaise, l’ACCO, à travers son président n’épargne pas non plus les décideurs qui sont les dirigeants du pays.

« Nos autorités doivent apprendre à communiquer à temps. Elles doivent précéder les évènements », a-t-il expliqué tout en estimant que les autorités compétentes pouvaient devancer les choses et éviter le chaos causé par la rareté d’essence.

Depuis le week-end dernier, il y a baisse sensible de stock en essence à Kinshasa. « La capitale consomme plus ou moins 1.100 m3/jour », selon le ministère des Hydrocarbures. Le Gouvernement, en concertation avec les pétroliers ont décidé d’appliquer le plan de contingentement.

L’idée est de baisser la consommation en essence de 1.100 m³ à 660 m³/jour. Les stations-service appelées aussi à limiter le volume en litres par véhicule. Le cabinet Didier Budimbu des Hydrocarbures a toutefois rassuré que pour l’essence, le bateau arrive le 14 septembre.

Comme quoi, les Kinois devraient encore serrer la ceinture jusqu’à la date indiquée.

Ramami