RDC : Le CTLA octroie le prix aux étudiants d’un concours visuel sur la nationalité et la lutte contre l’apatridie

Le Comité Technique Interministérielle de Lutte contre l’apatridie (CTLA) a remis, le jeudi 18 novembre à l’Académie des Beaux-Arts, des prix aux étudiants d’un concours visuel sur la nationalité et la lutte contre l’apatridie.

Au total, 21 étudiants qui ont concouru dont 5 ont travaillé en groupe. Ils ont été appelés à produire des visuels qui communiquent mieux sur l’existence des personnes vivant en apatridie en RDC ou qui sont en voie de le devenir et les sévices qu’elles subissent.
Les participants à ce concours ont, tour à tour, expliqué le contenu du message de chaque œuvre avant la proclamation des gagnants.

C’est le collectif “Mine d’avenir” composé de 5 étudiants de G3 peinture qui a gagné le plus grand prix à la hauteur de 1.000 USD.

“Ça n’a pas été facile, mais ensemble nous avons réussi à faire quelque chose. Ce concours a été une découverte pour nous. Avant, nous ne savions pas qu’est-ce que l’apatridie. Grâce à ce concours organisé par le CTLA, nous avons su comment est représenté un apatride dans une pays. Nous avons ainsi décidé de nous mettre ensemble pour construire des œuvres qui ont permis que nous puissions remporter ce concours d’aujourd’hui”, a déclaré Jérémie Mutombo, l’un des membres du collectif “Mine d’avenir”.

Le secrétaire général académique de l’Académie des beaux-arts et président du jury de ce concours, le chef des travaux Ben Kuyena Muzita, a pour sa part, relevé qu’il n’a pas été facile de départager les candidats vu la qualité des visuels qu’ils ont produits.

“L’Académie des Beaux-Arts est appelée source des talents. Le CTLA nous a contacté pour organiser le concours sur l’apatridie et nous sommes très heureux d’avoir donné ce résultat. À l’Académie on apprend à communiquer à travers le visuel, une communication sociétale. Ce concours est une manière pour nous de pouvoir faire une visibilité autour de ce concept qui occupe le quotidien des personnes. Vu la qualité des visuels, il était difficile de pouvoir départager les candidats. Nous sommes fiers de nos étudiants”, a-t-il expliqué. 

Soulignons que selon les statistiques du Haut commissariat des Nations-unies pour les réfugiés (HCR), il existe plus de 10 millions de personnes à travers le monde vivant en situation d’apatridie, dont plus d’un million en Afrique.  Ces personnes, affirme la source, sont souvent privées d’accès à l’emploi, l’éducation, la santé et tant d’autres besoins fondamentaux.

En ce qui concerne la RDC, le CTLA indique qu’il existe bel et bien des apatrides ou des personnes qui sont en voie de le devenir, bien que les statistiques soient difficiles à trouver.

Vu ses conséquences sur les plans sécuritaire et économique, l’Etat congolais s’est engagé à éradiquer l’apatridie sur son territoire, notamment en signant le 20 octobre 2020 à Brazzaville la Déclaration régionale des pays des Grands lacs sur l’éradication de ce fléau.

Sandrine Fundi