RDC : Le mouvement « Exigence Citoyenne » réfute le rapport produit par le Congo n’est pas à vendre et l’accuse d’être financé par les sociétés étrangères pour salir Dan Gertler

683

Le mouvement « Exigence citoyenne » réfute le rapport d’enquête produit par la campagne « le Congo n’est pas à vendre » intitulé « des milliards perdus : enquête financière sur les transactions de l’homme d’affaire Israélien Dan Gertler dans le secteur extractif ».

Dans une déclaration faite à la presse le jeudi 13 mai 2021, le coordonnateur de cette structure Charles Lwamba dénonce une campagne de diabolisation qui vise à ternir l’image du magnat israélien.

Il accuse à son tour le Congo n’est pas à vendre d’être financé par les sociétés étrangères à l’instar de « TFM, KCC et RUASHI qui militent pour la révision du code minier de 2012 ».

« Savez vous que le Congo n’est pas à vendre est financé par les sociétés qui pillent nos ressources comme TFM, RUASHI, SICOMINE et KCC pour obtenir la révision du code minier de 2018 en faisant pression sur le président de la République pour faciliter le pillage de nos ressources minières », a-t-il déclaré.

Pour lui, lesdites sociétés étrangères ont hypothéqué les concessions minières du Congo aux banques à l’étranger pour ramener des prêts au lieu des capitaux afin de ne pas payer des dividendes et impôts à l’Etat.

Par ailleurs,  le mouvement Exigence citoyenne désapprouve la politique menée  par le Congo n’est pas à vendre, qui d’après Charles Lwamba, serait créé par Elisabeth Caessens, fondatrice de l’ONG Ressources matter, quelques diplomates américains ainsi que des lobbies financiers internationaux.

Pour rappel, Le Congo n’est pas à vendre a dans son rapport publié mercredi dernier affirmé que  la République Démocratique du Congo a déjà perdu près de 4 milliards de dollars américains depuis que Dan Gertler opère ses transactions au pays dans le cadre d’accords miniers et pétroliers suspects conclus avec le gouvernement congolais.

Dostin Eugène Luange