RDC: le pays a enregistré un manque à gagner de plus de 7,9 milliards USD suite aux faits de corruption (Rapport APNAC)

624

Le réseau des parlementaires africains contre la corruption (APNAC-RDC) a publié son premier rapport le vendredi 23 juillet 2021, dénonçant les faits de corruption en République démocratique du Congo.

Réalisé par le comité exécutif de l’APNAC, ce rapport mentionne que la RDC a perdu
7 979 152 682,57 USD et 150 terrains de l’Etat spoliés entre janvier et décembre 2020.

D’après le président de l’APNAC, le député national Jean-Pierre Pasizapamba, les données ont été récoltées sur base des dénonciations téléphoniques faites via un numéro vert. Il a insisté sur le fait que les statistiques de ce rapport sont brutes.

Le centre d’écoute de l’APNAC a enregistré au total 148 cas de dénonciation des faits de corruption, répartis de la manière suivante: la présidence de la République, le parlement, le gouvernement central, les gouvernements provinciaux, la banque centrale du Congo et les institutions d’appui à la démocratie (CNSA et CENI) et le secteur privé.

Les faits de corruption dénoncés sont de plusieurs ordres, notamment la malversation financière, le détournement, le maquillage des chiffres, la mafia, l’opacité dans la gestion des impôts, le blanchiment des capitaux, la spoliation, la vente illicite des mines et des minerais, l’attribution illégale des marchés publics, l’opacité dans la gestion des fonds, l’escroquerie des clients, la complaisance dans le contrôle des transactions bancaires par la banque centrale et la fraude douanière.

Les institutions suivantes se partagent les 148 cas dénoncés:

  • la présidence de la République 17 cas, soit 11,48%,
  • le parlement 3 cas, soit  2,04%,
  • le gouvernement central 54 cas, soit 36,48%,
  • les gouvernement provinciaux 57 cas, soit 38,51%,
  • le CNSA 2 cas, soit 1,35%
  • la CENI  1 cas, 1,42%
  • la Banque centrale du Congo 4 cas, soit
    2,70%

–  le secteur privé 8 cas, soit 5,40%

Les provinces suivantes sont concernées:

-Kinshasa 65%

-Nord-Kivu 5,40%

-Ituri 3,40%

-Haut-Katanga 3,40%

-Kwilu 3,40%

-Lualaba 2,70%

-Mongala 2,70%

-Maniema 2,70%

-Sud-Kivu 2,03%

-Kwango 2,03%

-Équateur 2,03%

-Lomami 1,35%

-Haut-Uélé 1,35%

-Sankuru 1,35%

-Tshopo 1,35%

-Kasaï-Central 1,35%

-Kasaï 0,68%

-Maindombe 0,68%.

Il sied de signaler que le bureau de l’assemblée nationale était représenté à la cérémonie de présentation de ce rapport par son 2ème vice-président, Vital Banywesize.

Sandrine Fundi