RDC : Lisanga Bonganga s’oppose à la venue du couple royal belge à Kinshasa sur invitation de Félix Tshisekedi

Lisanga Bonganga dit non à l’arrivée en RDC du couple royal belge. Dans une déclaration politique faite ce jeudi 24 février, le coordonnateur de la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC) motive sa démarche dans ce sens que Sa Majesté le Roi Philippes et la Reine Mathilde apporteront « une caution morale et un soutien politique au pouvoir de M. Félix Tshisekedi ».

« La DYSOC a appris par un communiqué du cabinet du Chef de l’État, relayé par la voie des ondes, l’arrivée à Kinshasa, le 6 mars prochain, du couple Royal Belge, Sa Majesté le Roi Philippes et la Reine Mathilde, sur invitation de Monsieur Félix Tshisekedi », affirme Lisanga.

Pour le coordonnateur de la DYSOC, la visite du couple Royal Belge en ce moment en RDC n’est pas à encourager au regard des faits accablants.

« Les institutions actuelles en RDC sont issues d’une parodie d’élection, organisée en 2018 si bien que la prétendue alternative pacifique entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi a été en réalité imposée au peuple congolais au détriment de la vérité des urnes. La CENI, qui vient d’être installée, est composée exclusivement des membres d’une seule famille politique, en l’occurrence, l’Union dite sacrée à laquelle appartient Félix Tshisekedi. Elle n’est pas consensuelle et ne garantit pas la tenue des élections transparentes et crédibles en 2023 », explique cet opposant.

Mais aussi, poursuit Lisanga Bonganga, « depuis l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir, notre pays a dangereusement reculé sur le plan de la démocratie et de l’instauration d’un véritable Etat de droit tels que prônés par feu Docteur Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, d’heureuse mémoire ».

Lisanga Bonganga révèle des violations massives et récurrentes de la Constitution.

« Il s’agit notamment de la proclamation et de la mise en oeuvre cavalière de l’Etat siège par Président de la République sans passer par le Parlement, de la confiscation des médias officielles et de la répression violente des manifestations pacifiques de l’Opposition etc. L’intention malveillante du pouvoir en place de préparer de manière malicieuse la Balkanisation de notre pays au travers de la signature des accords de capitulation et d’occupation de la RDC par les forces étrangères, en complicité avec certaines puissances occidentales non autrement identifiées », fait-il savoir.

Dans sa déclaration, Lisanga Bonganga n’a pas non plus manqué de relever « la mauvaise gouvernance et la gestion prédatrice des ressources caractérisées par la corruption, la concussion, le détournement de deniers publics, le népotisme, l’ethno-tribalisme à outrance, l’insécurité grandissante et l’escroquerie d’État, à l’endroit de la population par le prélèvement illégal de la taxe dénommée RAM ».

Lisanga Bonganga et la DYSOC estiment que la visite du couple Royal Belge en RDC est non seulement inopportune, « mais frise la provocation dans la mesure où, elle ne répond pas aux attentes légitimes du peuple congolais, meurtri et clochardisé, qui exige, entre autres, la sauvegarde de l’unité nationale et l’intégrité territoriale de la RDC dans les limites héritées de la colonisation beige, la dépolitisation de la CENI et la tenue des élections en 2023… ».

Ramami