RDC : Luc Fikiri invite Tshisekedi à signer un décret suspendant les activités minières dans l’Est pour la réussite de l’état de siège

506

L’état de siège décrété par le Président Félix Tshisekedi dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu en proie à l’insécurité continue à susciter moult réactions au sein de la classe  politique et sociale congolaises.

Intervenant sur ce sujet mardi 11 mai dernier depuis les Etats-Unis d’Amérique, l’activiste des droits de l’homme Luc Fikiri espère que
cette initiative du Chef de l’Etat ne pourra réussir que si les activités minières sont suspendues dans  la partie Est du pays. Il en appelle ainsi au président de la République, Félix Tshisekedi, à signer un décret dans ce sens

« Je crois que si nous voulons que l’état de siège réussisse, le président de la République doit signer un décret interdisant ou suspendant toutes les activités minières à l’Est de notre pays, et en même temps toutes nos frontières doivent être fermées et le président devra appeler toutes les sociétés minières à Kinshasa pour négocier tous nos contrats miniers et la RDC devra avoir au minimum 65% », a martelé.

Tout en attribuant le soubassement des guerres et atrocités de la partie Est aux minerais, cet avocat international des droits de l’homme soutient qu’il sera quasiment impossible de pacifier et de stabiliser cette région si le gouvernement ne met pas au clair le dossier des minerais.

« Comme nous le savons, l’insécurité, ces guerres, atrocités, tueries et violences à l’Est de notre pays ont comme soubassement nos minerais. Donc, on ne peut pas arriver à mettre fin à l’insécurité à l’Est de notre pays si nous ne mettons pas au clair le dossier de nos minerais, c’est impossible.  Imaginez-vous depuis plus de 24 ans jusqu’aujourd’hui, jamais un jour aucune société minière n’a été attaquée par des groupes armés, et en même temps Albert Yuma vient de nous révéler que toutes les ressources minières ont été vendues à des multinationaux, donc on n’a absolument rien », a déclaré Me Luc Fikiri.

A noter que la problématique de l’insécurité grandissante qui sévit dans l’Est du pays préoccupe de plus en plus le gouvernement congolais. Le chef de l’État avait résolu de décréter l’état de siège dans le but d’endiguer ces atrocités. Les gouverneurs militaires sont déjà déployés dans les deux provinces.

Dostin Eugène Luange