RDC – Marche des médecins : Le ministre des droits humains appelle à une enquête sur le traitement ”dégradant” infligé aux manifestants

79
RDC - Marche des médecins : Le ministre des droits humains appelle à une enquête sur le traitement ”dégradant” infligé aux manifestants

S’exprimant au nom du gouvernement à travers un communiqué du jeudi 22 septembre, le ministre des droits humains Albert Fabrice Puela invite l’inspection générale de la police à diligenter sans tarder une enquête sur le traitement dégradant infligé aux médecins lors de la marche pacifique du 21 septembre à Kinshasa.

«J’invite l’inspection générale de la police à diligenter une enquête sans tarder sur le traitement dégradant infligé aux manifestants et à déférer les responsables devant les instances compétentes», dit le ministre des droits humains.

Albert Fabrice Puela condamne la répression policière sur les manifestants qui ne réclamaient rien d’autres que l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles, notamment le réajustement de la prime de risque.

«C’est avec consternation que le ministre des droits humains a appris la répression violente qui a sanctionné la marche pacifique organisée par le syndicat national des médecins du Congo en revendication de la revalorisation de leurs salaires et primes», a-t-il déploré.

En sa qualité de garant des libertés fondamentales, Albert Fabrice Puela rappelle que la tenue d’une marche pacifique même sans prise d’acte de l’autorité compétente ne constitue nullement pour lui, une violation des droits fondamentaux reconnus aux citoyens congolais.

Pour rappel, la manifestation organisée le mardi 21 septembre dernier dans certaines villes de la RDC par le syndicat national des médecins du Congo (Synamed) a été réprimée par les policiers, à Kinshasa notamment la police a usé de coup de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui se dirigeaient vers la primature pour y déposer un mémorandum au premier ministre.

Chris Kalu