RDC – Sécurité : L’Assemblée Nationale interdit au gouvernement de procéder à l’intégration des rebelles dans l’armée congolaise

‘Assemblée Nationale interdit au gouvernement congolais de procéder à toute négociation qui vise l’intégration, le mixage ou le brassage des éléments issus de la rébellion au sein de l’armée, la police et autres services de sécurité de la RDC.

Cette décision a été prise temporairement au cours de la plénière de ce mardi 08 novembre, en attendant l’adoption d’une loi relative à cette question portant sur la sécurité de la RDC.

“L’Assemblée Nationale interdit au Gouvernement de la République de procéder à l’intégration, au mixage, au brassage et/ou à toute négociation tendant à intégrer au sein des forces armées, de la police nationale ou de tout autre service de sécurité des éléments issus de groupes armés(…)”, indique le document de l’Assemblée Nationale.

En outre, elle déclare le M23, groupe terroriste , au regard de l’article 2 de la convention de l’union Africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme.

À en croire la chambre basse du parlement, cette mesure a été prise pour combattre l’infiltration au sein des services de sécurité et pour bâtir une armée forte patriotique et Républicaine.

Par ailleurs, les élus du peuple ont déploré les violations massives des droits de l’homme, des crimes sexuels, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité perpétrés dans l’Est de la RDC par des groupes rebelles.

Mardochée kanku