Réforme de la loi électorale: La Monusco s’engage à trouver un cadre de concertation entre Denis Kadima et les parties prenantes

La Monusco s’est engagée à trouver un cadre de concertation entre le nouveau bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) chapeauté par Denis Kadima et les parties prenantes à ce processus électoral, dans la perceptive de la réforme de la loi électorale.

C’est ce qu’a laissé entendre, ce vendredi 12 novembre, la cheffe de la mission Onusienne en RDC, Bintou Keita, au terme d’une entrevue avec le nouveau Président de la Centrale Électorale, Denis Kadima.

« Je suis venue avec une délégation de la division des affaires politiques de la Monusco pour engager une discussion avec le Président de la CENI sur les perspectives d’accompagnement des Nations-Unies et de la Monusco en particulier par rapport au processus électoral. Nous avons évoqué les questions liées à la mise en place d’un cadre de concertation pour faire en sorte que toutes les  voies puissent se mettre ensemble et discuter des prochaines étapes qui vont concerner la réforme de la loi électorale », a-t-elle déclaré.

À cette occasion, ces personnalités ont également évoqué des questions de financement des élections dans son approche holistique qui inclut les élections locales.

Pour ce faire, la cheffe de la mission Onusienne en RDC a rassuré au numéro un de la Ceni de l’assistance de la communauté internationale dans le processus électoral.

À ce jour, il y a lieu de signaler qu’une frange de confessions religieuses et les acteurs politiques de l’opposition disent ne pas cautionner l’entérinement et l’investiture des nouveaux membres du bureau de la CENI. Car, selon eux, le processus de la désignation de ces membres a été attaché des irrégularités. Par conséquent, ils mettent en relief la dépolitisation de la CENI.

Dostin Eugène Luange