Séminaire sur le changement des mentalités dans la gestion publique : L’institution des comités d’éthique au sein des établissements et entreprises publics recommandée

Les mandataires des établissements et entreprises publics ont été mis face à leurs responsabilités, à l’issue du séminaire de renforcement des capacités sur le changement des mentalités dans la gestion publique.

Pendant 2 jours, soit du 16 au 17 août, l’Inspection générale de finances (IGF), l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APLC) ainsi que la Cellule d’Innovation et de changement des mentalités, toutes structures rattachées à la présidence de la République ont outillé les mandataires publics des entreprises du Portefeuille et des établissements publics sur le changement des mentalités dans la gestion des finances publiques.

Ce séminaire a traité des principes fondamentaux de la gestion des finances publiques afin de lutter contre la corruption et f’aboutir à un redressement qualitatif des établissements publics et les entreprises du Portefeuille.

C’est dans le même sens que le Coordonnateur du Comité chargé du changement des mentalités, Jacques Kangudia a plaidé pour une reconversion des méthodes afin que de manière volontaire dans chaque établissement public et entreprise du Portefeuille soit institué un comité d’éthique qui servira de thermomètre pour traiter des questions liées à l’éthique, la moralité et la corruption.

«C’est dans l’optique de mettre nos établissements publics hors des pratiques qui les avilissent et en empêchent la productivité et l’efficience», a déclaré le patronde CICM.

En outre les mandataires ont demandé d’instituer la pratique d’un audit avant la prise de fonction par des nouveaux mandataires question de s’imprégner de la situation réelle de l’entreprise.

Une pratique qui a déjà porté ses fruits, comme l’a déclaré l’inspecteur de finances et chef de brigade en charge des entreprises publiques et établissements publics, Gabriel Kabananga, mais qui ne doit pas se faire de façon systématique.

«Généralement il y a des mandataires qui lorsqu’ils arrivent en fonction, comprennent que pour maîtriser l’environnement dans lequel ils entrent, ils ont besoin de cela et l’IGF intervient dans ce cadre utilement», a déclaré Gabriel Kabananga.

Et au terme de deux jours de ces assises, l’IGF représentée au dernier par l’inspecteur général de finances chef de brigades qui a apprécié personnellement que la CICM ait pris cette initiative d’organiser à l’intention des mandataires des entreprises publiques cette session.

Il a apprécié également la participation de chacun et compris que «dans la lutte contre les anti-valeurs, la corruption et le détournement des deniers publics nous aurons une génération autre qui apportera le changement dans notre pays».

Les participants gratifiés de brevets à l’issue des travaux ont été encouragés dans l’exercice de leur mandat pour contribuer à relever le budget du pays.

Patrick Matanga

Partager

Votre marque mérite une visibilité

Mettre votre publicité ici (365 x 270 px)
Derniers articles
Catégories

Restez connecté

Rejoignez notre newsletters pour être informé de toutes nos publications.