Sénat : Matata accuse Bahati d’être en complicité avec le procureur général afin de lui prendre en otage

Le sénateur Augustin Matata Ponyo accuse le bureau du sénat que dirige, Modeste Bahati Lukwebo, d’être en connivence avec le procureur général près la cour de cassation afin de lui prendre en otage en enlevant ses immunités parlementaires.

Intervenant du haut de la tribune de la chambre haute du parlement le jeudi 09 décembre, cet ancien premier ministre qui a les ennuis avec la justice congolaise a demandé la récupération de ses immunités parlementaires levées « illégalement ». Une demande qui a été conditionnée par Modeste Bahati.

«Vous avez compris que nous sommes dans un dérapage inimaginable. La chambre haute du parlement qui est censée être la chambre de sagesse est en complicité avec le procureur général. Comment voulez-vous comprendre qu’un président du sénat puisse être en complicité avec un procureur pour prendre en otage un sénateur ? Le président du sénat va voir le procureur pour lui dire : aidez-moi à arrêter un sénateur. Est-ce que vous avez déjà vu ça même à l’époque de Mobutu ? », s’est-il-interrogé dans une interview accordée à la presse.

En froid avec Modeste Bahati, Augustin Matata Ponyo l’accuse également de ne pas mettre en pratique la décision de la cour constitutionnelle, qui, après les audiences a mit terme à l’affaire Bukanga Lonzo.

« Vous-vous rendez compte chers journalistes, le dérapage dans lequel nous sommes aujourd’hui. Ce qu’on appelle Etat de droit, un président du sénat refuse de mettre en pratique une décision de la haute cour tout simplement parceque le président cherchait qu’on puisse condamner monsieur Matata », a-t-il renchéri.

De son côté, Modeste Bahati a demandé à Matata Ponyo d’obtenir à priori un document de non lieu de la justice sur le dossier de 110.907,681 dollars americain et 27. 894,177 euros pour récupérer ses immunités.

Dostin Eugène Luange